Alfred

      
44
SCULPTURE Naufragé radeau sirene musique Scène de genre Assemblage Métal  - Alfred

Copyright de l'image © Dimitri Chachkine

Dimitri Chachkine



Format : H 78, L 49, P 41 cm

Couleur dominante : Noir

Technique : Assemblage

Matière : Métal


2100,00€
 Acheter

ALFRED

Il avait fini par le prendre le large ! Sacré Alfred !!!
Alfred ce môme de quarante piges passées. Ouais ! Même bien passées !!!
Un drôle de gosse cet Alfred !!!
Y’a un truc dans la tête d’Alfred qui n’a jamais voulu grandir !!!
Un truc qu’était resté bloqué à l’âge des calbutes courts, des connections mal établies certainement !!
Il disait toujours que le monde dans lequel on l’avait propulsé n’était pas le sien, que regarder la folie des adultes et leurs contradictions incessantes, grandir lui faisait très peur.
La peur de participer à un règne animal où la dominance laisse surgir tout un tas de préceptes non avouables à ces yeux.
Il aurait pu se trouver une cabane au fin fond d’une cambrousse… ou s’isoler dans une grotte pour y jouer l’Hermite, mais non !!!
Lui il disait toujours ; que là-bas, au fin fond du pacifique il y avait une ile, un p’tit bout de terre paradisiaque, une ile ou la vie s’écoulait sans colère ni haine et autre accumulation de névroses.
Qu’un jour il partirait là-bas tambour en bandoulière et le cœur battant.
Sacré Alfred !!! Toujours à trouver que le monde ne tourne pas rond !
Toujours à croire que l’eau est plus douce ailleurs !! Mon pauvre Alfred !!!
Il avait fini par amnésier ses souvenirs pour oser faire le pas.
Un pas sur son rafiot d’infortune tel un naufragé de la vie, il était parti à la conquête de cette terre idéaliste. Un Kerouac des mers mon Alfred !!
Il suivait cette lumière qui brillait dans sa boite à images, cette lueur d’espoir qui lui semblait donner raison quitte à faillir dans des courants de déraisons. Tel un placebo le chant des sirènes apportait ce baume à l’âme qu’il avait tant besoin
Perdu dans l’univers entre l’infiniment grand et l’infiniment petit, le nez au vent, la tête dans les embruns à la recherche de son équilibre Alfred était parti …

DIMITRI C.


Dimitri Chachkine

La vie étant un grand théâtre, Dimitri ressent le besoin de raconter des histoires qui le touchent plus ou moins personnellement, se mettant bien souvent en scène directement ou indirectement. Il sculpte selon l’émotion du moment des morceaux de fer