OLIVIER BOUTIN

12/03/2018
Olivier Boutin Art Style

Bienvenue sur mon site.

Bientôt, sur ce blog, vous trouverez mon actualité.

Comme un peintre... assoiffé et drogué de couleur !


Chaque matin, ce sont les mêmes gestes, les mêmes rituels... Olivier Boutin se rend dans son atelier dans le 8ème arrondissement du Prado, à Marseille, ferme la porte de son atelier, enfile sa blouse blanche, et appui sur la touche du Juke-box en sélectionnant un disque vinyle de Eros Ramazzotti, puis se cale dans un vieux fauteuil en cuir couleur havane maculé de tâches de peintures et se verse un verre de jus d’orange fraîchement pressé. Il fixe l’immense toile en cours sur le chevalet en chêne massif et... il attend.
Longtemps. Pas très longtemps. Cela dépend. De son humeur, du temps qu’il faut pour s’extraire du quotidien.
Les factures, une soirée dans l’ambiance des lumières tamisées du Vieux-Port... Comme un passage obligé dans le couloir d’un monde parallèle où tout semble figé dans l’espace-temps. Il se reflète dans les nombreux miroirs de l’atelier comme un panta-prism qui le renvoie à ses inspirations.

 

”Quand je suis dans mon atelier, explique-t-il, je me sens déjà comme une pile : chargé à bloc. Mes peintures, j’y pense tout le temps. Je m’endors la veille en espérant être déjà le prochain matin pour me réfugier dans ma bulle. J’ai toujours une toile, une image en tête. Et quand tout le monde dort, il m’arrive de me relever à 3 ou 4 h du matin pour réaliser quelques esquisses, ou pour noter une idée ou une harmonie de couleurs que j’ai dans la tête».

 

Quand Olivier Boutin se sent prêt, il s’élance sur la toile.
«Parfois, je m’acharne, je cherche l’accident... Ce qui pourrait arriver, me surprendre”. Sa méthode, il l’a maintenant rôdée avec les années. “Ma recherche graphique démarre bien avant de peindre. Je commence par la rencontre avec le modèle. Cette personne, il faut que je l’aime, que j’éprouve quelque chose pour elle, pour pouvoir la saisir, la “jeter” sur la toile. Ce n’est jamais la belle image qui me motive, mais toujours la relation avec le modèle, l’envie, voire la nécessité, que je ressens à vouloir le peindre”.

Ce jour-là, c’est sur un portrait géant à l’acrylique d’Edwige une rencontre fortuite dans le métro à Marseille deux jours auparavant. Il y a quelques mois, il mettait la dernière main à des dessins en couleurs de femmes rencontrées au cours d’un voyage en République Tchèque, à Prague. Prenant le temps de les connaître. Autant de sujets, autant de toiles différentes. Enfants, modèles nus, femmes enceintes... Des corps, des visages. Surtout des visages. À chaque fois, il prend le temps de s’imprégner de ses modèles. Sortir, voir, rencontrer, puis réintégrer l’atelier, et s’y immerger : Seul !

Toujours dans la recherche de l’harmonie, Olivier s’inspire de sa vie. Il travaille sur plusieurs styles de peintures et plusieurs techniques : acrylique, huile, et sur plusieurs supports : bois, toile...
Il réalise aussi des sculptures sur différents matériaux, ses dernières œuvres étaient sur le thème de la dualité, la vacuité de l’esprit, ainsi qu’un autoportrait.

Il aime aussi le surréalisme. Ses deniers thèmes réalisés sont : «Le Tourbillon de l’Amour» ou «Harmonie et Symbiose par la pensée».

Aujourd’hui, il travaille sur une nouvelle collection : les Stars du XXème siècle, Audrey Hepburn, Brigitte Bardot, Grace Kelly, Marilyn Monroe et les monuments célèbres d’Aix-en-Provence, comme La Rotonde et la Place des 4 Dauphins...

 

 

 


Dan RUTHERFORD - Arts & Valeurs International Magazine

Ajouter un commentaire
Votre nom : *
Votre email :
Votre site :
Rédigez votre
commentaire : *
captcha
Recopiez l'image ici : *
Nous vous rappelons que vous êtes responsable du contenu des commentaires que vous publiez.
Votre adresse IP (54.198.205.153) sera archivée.

* Champs obligatoires

Retour à la liste des articles