27/02/2019
Minéral

Yann Foucaud, Lyhl, puise son inspiration aux sources des mythologies qui s'accordent à ses goûts et à ses conceptions du monde. Son imaginaire s'enrichit de lectures d'auteurs du merveilleux et du fantastique.
Pour lui, le monde minéral est animé et sensible. Il échange et converse avec nous. Si on sait le contempler et l'écouter, il nous fait entrer en communication avec l'invisible et le sur-dimensionnel. Et constamment il nous rappelle que le monde est insensé et court à sa perte si on ne respecte pas
les grandes lois qui régissent l'univers.
Dans ses œuvres, les mondes du minéral, de l'aquatique et du maritime sont formés d'éléments qui s'enroulent et se déroulent dans des mouvements de conceptions et de naissances cosmiques : c'est à la fois calme et violent. Parfois, dans les interstices de ceux-ci apparaissent des formes de captations
enjôleuses, séductrices et perfides, car l'homme de pouvoir et d'argent les induit ainsi.
C'est toujours réalisé avec un équilibre des formes, des jeux subtils de lumière avec, soit l'utilisation fine de camaïeux, soit une riche palette de couleurs.
Tout cela est réalisé grâce à l'emploi de plusieurs techniques, parfois pour une même œuvre. Car Lyhl sait jouer de toutes sortes de moyens d’expression, même les plus actuels.
Les grands thèmes qu'il aborde sont développés sous forme de variations qui développent une pensée riche d'imaginaires.

Yann Foucaud, Lylh, alors qu'il travaille à Angers, se voit confier la gestion des Fonds Arts et Lettres de la bibliothèque de Belle-Beille, jusqu'à ce qu'il quitte cette ville. C'est, pour lui, un temps d'enrichissement essentiel pour son cheminement artistique. Il pratique le dessin au crayon et à l'encre :
paysages et animaux. Il s'éloigne un temps de ses préoccupations artistiques pour s'engager dans l'action syndicale : la réalité des problèmes humains l'emportant sur la fiction : cela marquera profondément de son empreinte l'œuvre qu'il réalisera par la suite.
A partir de 2014, il s'engage délibérément dans la création sous le pseudo de « Lyl » : trois œuvres exposées en 2016 au château de Valrose dont « L'Arche de Mjöillnir » qui reçoit le 1er Prix du Public. En 2017 il compose les illustrations pour le recueil de nouvelles d'Ugo Bellagamba. Alors il réalise avec
l'auteur une interview sous son patronyme. Peu après, il découvre qu'un autre artiste porte le même pseudo et décide donc de changer « Lyl » en « Lyhl ».

(Yves Gaignard)

Ajouter un commentaire
Votre nom : *
Votre email :
Votre site :
Rédigez votre
commentaire : *
captcha
Recopiez l'image ici : *
Nous vous rappelons que vous êtes responsable du contenu des commentaires que vous publiez.
Votre adresse IP (18.232.55.175) sera archivée.

* Champs obligatoires

Retour à la liste des articles