lionel periault

 CANOLINE CRITIKS JOURNALISTE

Les talents émergents de l'art contemporain

Rechercher dans ce blog

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Les incarnations fabuleuses de Lionel Periault

 

Il combine le goût d’un matériau noble ; le grès avec ses idées malicieuses afin de créer des sculptures réalistes qui révèlent autant la nature du visible que de l’invisible. Sur l’Ile de Beauté, son lieu de résidence, il sculpte des inconnus, des personnes qu’il rencontre, qu’il remarque par l’expression de leur visage. D’autres sont issus de contes et de mythes de sa terre natale, la Bretagne. Lionel Periault fait appel à ses souvenirs, sans modèle ni photographie, son imaginaire fait le reste. Sirène bigoudène, druide celtique, marin pêcheur, vieux chouan, gitane, berger, soldat, bandit corse sont autant d’incarnations rémanentes et fabuleuses qui peuplent son atelier.  La reproduction doit tendre à l’exactitude. Afin de reconstituer fidèlement le réel et son idéal d’exhaustivité, l’artiste s’empare d’un mouvement, d’une impression, d’un regard. Le regard de ses sculptures se déporte souvent sur le côté. Par le truchement de cette vision mélancolique, l’inerte se vivifie. L’apparente tranquillité des figures cache une discrète tension dramatique où percent les signes d’un moment tourmenté, de solitude. Cette impression troublante génère la sensation diffuse de se trouver en présence d’un phénomène insaisissable, face à la réalité d’une absence. « Je remarque les gens seuls dans un parc, un bar ou un autre lieu, ils sont souvent très pensifs » commente l’artiste. De plein pied ou en buste, les figures surgissent avec une certaine singularité. Blanche ou plus mate, leur peau contraste avec les tonalités de leurs chevelures vives, roses, vertes, multicolores ou plus sombres dans les nuances noires et grises. Ces identités que l’on pourrait pensé distinctes sont mises en dialogue et trouvent même un terrain d’expression commun. Elles révèlent une certaine force émotionnelle couplée à une sensation brute où le domestique et l’inconnu se confrontent, où l’étrange émerge du familier. Leur essence à la fois humaine et surnaturelle créée une hybridation formelle qui se fonde sur différents horizons et contingences esthétiques. Elle nous plonge à la fois dans un univers fantastique et un monde existant, entre le passé révolu et le moment présent. Lionel Periault créé une sorte de mythologie contemporaine qui nous immerge dans une expérience sensorielle où le mystère à toute sa place. Il nous invite à nous questionner sur ce que nous voyons pour tenter de percer le secret qui prend tout son corps dans le réel. Ses incarnations chimériques ou tangibles nous sont communes. Elles réunissent la contingence d’éléments historiques, temporels, intimes inscrits dans notre mémoire collective, dans ce qui nous rassemble et nous distingue. Jeunes, belles, veilles, laides… Les figures nous ressemblent, nous séduisent, nous dérangent et mettent à jour la force illusoire de notre perception.

CANOLINE CRITIKS  critique D’ARTS