02/04/2019
Héritier des Troubadours ...

  ...poète, philosophe, chanteur ...

alt

                      " Los de qui cau "

   Joan de Nadau est assis sur un tabouret, béret sur la tête. Il ressemble à ces hommes de village simples, presque taiseux qui ont dans leurs yeux la connaissance, la vraie connaissance, celle du coeur. Dès qu'il commence à parler,  jeunes et moins jeunes, font silence. Il raconte alors une histoire, en Français, une histoire qui semble venir parfois du fond des temps, une histoire éternel recommencement. Il parle de l'amour, de  la terre,  du père et de la mère, il parle de "Los de qui cau ". Sa poésie est simple mais si belle. C'est une poésie que tout le monde entend, comprend.  Des mots, plus que des mots ...  des images, plus que des images ...  des valeurs ... enfouies au fond de nous que l'homme assis sur la scène, béret sur la tête,  réveille. L'histoire en Français devient chanson occitane et les mots dansent aux sons de la cornemuse, de l'accordéon, de la guitare électrique et des voix harmonieuses. Les graines ont été semées et les épis éclatent ... La foule chante émue, heureuse, unie, réunie.
               Joan de Nadau ne parle pas de fraternité, il la fait naitre, renaitre.
            J'écoute la chanson "Los de qui cau " ... une larme glisse sur ma joue ...            Isa.

Ajouter un commentaire
Votre nom : *
Votre email :
Votre site :
Rédigez votre
commentaire : *
captcha
Recopiez l'image ici : *
Nous vous rappelons que vous êtes responsable du contenu des commentaires que vous publiez.
Votre adresse IP (3.93.75.242) sera archivée.

* Champs obligatoires

Retour à la liste des articles