Jean-Pierre DESPREZ

 

Jean-Pierre DESPREZ grandit en Bretagne toujours proche de la mer.
À 6 ans, l’enfant passe son temps le week-end et les vacances
à bord de modestes embarcations de 5 à 8 m en baie de Saint Malo.
Il se passionne jeune pour la voile, le modélisme et l’architecture naval.
 
À l’adolescence, il étudie au lycée Notre Dame des Marais à Fougères
en Ile et Vilaine en dessinant des coques de voiliers quand il s’ennuie en cours…
 
Il se passionne pour l’astronomie et l’astro-physique et cesse son envie de devenir astrophysicien en rencontrant un docteur en astrophysique un peu trop perché à son goût !
 
Il décroche un bac C avec mention, pense à candidater auprès d’une école anglaise d’architecture navale et intègre à son grand désespoir une Ecole d’Ingénieurs de Sciences Appliquées INSA Rennes, option informatique et Synthèse d’Images.
 
Il réalise un stage à New-York lui ouvrant les yeux sur un autre monde mais l’appel de la bourse de New-York ne le fait pas vibrer…
 
Il se passionne pour Montpellier et décide que son premier job sera en Languedoc Roussillon.
Il ne cesse de dessiner des voiliers, des projets architecturaux à base de coque de voiliers mais laisse toujours de côté ses dessins dès que le travail quotidien reprend de plus bel.
 
Il prend rapidement la direction d’une agence en Ingénierie Informatique d’une trentaine d’ingénieurs mais son goût prononcé de la création d’entreprise et le formatage « Groupe » l’indifférant, il est conduit à l’âge de 29 ans à reprendre une menuiserie dans le Puy de Dôme proche des livres de Emile Zola.
Il modernise l’outil de travail en travaillant pour les grands Groupes en Hôtellerie de chaîne et ne prend pas le temps de mener en parallèle ses envies de création de coques, alors qu’il a tous les outils technologiques à sa disposition…
Succèdent des expériences professionnelles de rachat d’entreprise, de direction d’entreprise puis vient le temps de « calmer » ses ambitions et de s’installer comme agent commercial en Energies Renouvelables qu’il affectionne par le contact et les missions qui lui incombent.
 
En 2019, le projet de création de coques revient au grand jour en parallèle de la rénovation d’un bateau à moteur de 9 mètres qu’il refait complètement avec ses goûts architecturaux.
 
Il s’attaque à la résine grâce au contact avec un prestataire lui ayant vendu des produits de rénovation de bateaux.
 
Les idées de développement s’accélèrent et ce matériau devient le produit idéal afin de mettre en œuvre ses idées, dessins et élucubrations architecturales nautiques et marines.