Linda Bachammar

11/07/2017
Danse Primitive

 altLe parfum coloré s'envole tournoyant.
Jaune, orange, bleu, vert, violet, orange, vert.
Au mur de lumière, il ricoche lentement.
Des dents de pétales, s'étalent, sur mon lit de terre.

Ma souveraine hypnose de créativité.
Noyée dans la mer sacrée des apôtres.
Les croisements s'entrechoquent et les courbes dézooment.

Comme les bras amoureux d'un lion affamé.
Un pas sur le côté et encore un autre.
Je tends mon bras de justesse et... BOOM !

Je rencontre un visage mouillé.
Et si le chant des larmes se mettait à errer,
Au-delà du vacarme des peines qu'il veut soigner,
Il serait enfin possible de voyager.

Sur la douce transparence de ces lacs salés,
Caressant les joues des sensibilités,
j'esquisse des chutes virtuoses à l'abîme apothéose.
Et le lion ne veut plus ma peau.

Je danse sur les flammes de sa crinière,
Au son rassurant d'un tambour crissant.
Je plonge, avide dans cette cascade purificatrice.

 

Elle referme mes plaies,
Et colore mes cicatrices de rose et de violet,
Qui ornent désormais mon cœur et mon corps,
Tandis que je renais encore et encore.

Est-ce ainsi que l'univers est né ?
Dans un tourbillon de feu, aux ailes élancées ?
Laissez moi y voir encore autre chose.
Laisser moi y coller mes propres mots.

Je danse sur les larmes de sa prière,
A la teinte triste d'un visage innocent.
Je plonge, dans le flot bouillonnant issu de la matrice.

Son rugissement résonne. Il tonne.
Et tout vibre et se déchiquette dans un espace aphone.
Je serai alors feu et flamme, dans le grand chaos,
Et si les ténèbres m'affament, je serai agneau.

Texte d'Etienne Clerget et Linda Bachammar

Aquarelle disponible 

Ajouter un commentaire
Votre nom : *
Votre email :
Votre site :
Rédigez votre
commentaire : *
captcha
Recopiez l'image ici : *
Nous vous rappelons que vous êtes responsable du contenu des commentaires que vous publiez.
Votre adresse IP (54.92.128.223) sera archivée.

* Champs obligatoires

Retour à la liste des articles